Vous souffrez de douleur en dessous du pied?

Parmi les pathologies les plus courantes des pieds se retrouve la fasciite plantaire. Le fascia plantaire a comme fonction de soutenir la voûte du pied. C’est un ligament très puissant mais peu flexible dans la partie inférieure du pied. Il est attaché à l’os du talon, et se prolonge sur la longueur du pied jusqu’aux orteils à l’extrémité antérieur de la plante du pied.

La terminologie «ite» signifie une affection inflammatoire. On parle ici d’inflammation du fascia plantaire soit fasciite plantaire. Les mouvements répétitifs d'activités comme la marche ou la course étirent le fascia plantaire. Comme le fascia n'est pas très souple, cet étirement peut causer de petites déchirures qui mènent à de l'inflammation et à de la douleur. Parmi les facteurs imposant une pression supplémentaire au fascia plantaire et au talon, on compte une surélévation ou un affaissement de la voûte plantaire et la marche sur une surface inégale.

Causes

Il existe de nombreuses causes à la fasciite plantaire. Parmi les plus communes, on retrouve :
un poids excessif sur le pied en raison d'une obésité ou d'une station debout prolongée ;
des déséquilibres mécaniques du pied ;
l'arthrose et la polyarthrite rhumatoïde ;
un gain de poids soudain (par ex. pendant une grossesse) ;
une augmentation soudaine du nombre de pas marchés ou courus ;
la tension des muscles des mollets est très souvent à l'origine du trouble ;
le port de chaussures ne possédant pas un bon soutien, comme les tongs.

Une autre cause de douleur est le rétrécissement du fascia plantaire qui est causé pendant la nuit par la flexion de la cheville, ce qui amène les orteils à pointer vers le sol. Le fascia plantaire s'étire le matin lorsque vous vous levez. Son allongement provoque beaucoup de douleur. Il ne s'agit toutefois pas d'un événement strictement nocturne - la douleur peut se déclencher à tout moment où le pied est courbé (c'est-à-dire pointé) pendant des périodes prolongées.

Les femmes qui ont porter des talons hauts pendant plusieurs années peuvent aussi être plus à risque.

Symptômes:

Une sensation de brûlure ou de chaleur peut se faire ressentir au niveau du talon. Cette douleur est plus présente au réveil en mettant notre poid sur le pied. La plus part du temps cela s’,atténue après avoir marché quelque temps.
Une radiographie peut parfois être nécessaire pour éliminer la possibilité d’une épine de Lenoir.

Traitements:

Les traitements les plus couramment utilisés sont l’application de la glace, les orthèses plantaires, les anti-inflammatoire, les injections de stéroïdes et le port du attelle pendant la nuit. Éviter la marche ou la course accélère le processus de guérison.

Vision ostéopathique:

Contrairement à ce que l’on peut penser, le pied n’est pas toujours le point de départ dans l’analyse de la posture et beaucoup de professionnels de la santé font fausse route dans leur analyse. D’ailleurs, les recherches démontrent que les populations qui marchent nu pied sont celles qui présentent le moins de problème de pied! Le pied est d’abord et avant tout une structure sensitive qui reçoit des informations provenant de l’appui plantaire mais également de capteurs céphaliques tels que l’œil, le vestibule et le système manducateur (mâchoire et dent). Son rôle sensitif est aussi important que son rôle mécanique. Le pied fait parti d’une chaîne proprioceptive ouverte entre les capteurs céphaliques et le capteur plantaire. La posture est d’abord déterminée par les informations reçues par les capteurs céphaliques. Par exemple, le maintien du regard horizontal met en branle des réflexes complexes sur le plan oculo-moteur et vestibulaire. Toute mauvaise interprétation par le cerveau entraîne une compensation posturale soit de la tête ou de tout ce qui est en-dessous. Le pied est donc l’autre bout de la chaîne qui reçoit les contraintes mécaniques et sensitives causées par les compensations posturales provenant du haut. C’est à cause de troubles posturaux provenant du haut que l’appui plantaire change. Donc, si une personne présente un blocage mécanique du bassin ou de la hanche, la mécanique du membre inférieur en sera affectée avec une compensation du pied. Il y a donc beaucoup de fasciite plantaire, d’épine de Lenoir et de tendinite du tendon d’Achille qui proviennent d’une dysfonction du bassin et de la hanche.

Ensuite, le problème d’appui retourne la balle vers le haut avec les troubles d’appui plantaire que l’on connaît très bien qui peuvent engendrer des problèmes d’axe sur le membre inférieur et sur le rachis. Par conséquent, certains groupes musculaires seront sollicités davantage et des contraintes inhabituelles se feront sur certaines articulations, d’où l’apparition d’usure et d’arthrose.

Donc, au-delà de l’aspect mécanique du pied qu’il ne faut surtout pas négliger, il ne faut pas oublier le rôle sensitif du pied qui reçoit les informations provenant du haut et qui ajuste la posture et l’équilibre par son rôle proprioceptif.  Après l’analyse et la correction des dysfonctions provenant du haut par un bon professionnel de la santé, la personne pourra avoir recours à des semelles plantaires s’il persiste un problème d’appui plantaire. S’il s’agit de pieds plats, des exercices de renforcement de l’arche plantaire sont fortement recommandés. Par exemple, la personne, pieds nus, essaie d’agripper au sol une serviette avec ses orteils. Finalement, une prise de conscience de la répartition normale de l’appui plantaire peut aussi vous aider. La personne doit prendre conscience que l’appui plantaire devrait être prépondérant sur la face postéro-externe du talon, la partie extérieur du pied et sur la tête des métatarsiens.
S’il s’agit d’un pied creux, la personne devrait éviter de porter des souliers à talon haut. D’ailleurs, les souliers à talon haut ne sont jamais indiqués pour qui que ce soit car ils engendrent à long terme, une rétraction du mollet et du fascia plantaire qui peuvent conduite à une fasciite plantaire et à l’épine de Lenoir. De plus, la personne avec un pied creux devrait faire attention de ne jamais porter de chaussures trop courtes.

Conseils et recommandations

Massez vos pieds régulièrement dans votre bain. C’est la partie du corps qui est le plus mis à l’épreuve dans une journée et c’est souvent celle dont on se préoccupe le moins. Évitez de porter des souliers à talon haut. Cela engendre une perte de souplesse des muscles derrières la jambe et vous serez sujets à développer des épines de Lenoir et/ou des fasciites plantaires et des tendinites du tendon d’Achille.

Voici un des bons exercices pour les tendinites du tendon d’Achille, l’épine de Lenoir et la fasciite plantaire. Montez sur une marche d’escalier avec vos souliers. Laissez le devant du pied sur la marche et l’arrière pied dans le vide. Laissez le poids de votre corps descendre l’arrière pied vers le sol jusqu’à une sensation d’étirement confortable dans votre mollet. Tenez cet étirement 30 secondes et répétez 5 fois de suite, à chaque jour pour 2 mois.

Bonne santé

Josianne Guay
Ostéopathe

  • Tous droits réservés 2017
  • 450 227-2222
  • Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.